Vous êtes entrepreneur indépendant ou vous dirigez une petite PME… vous avez besoin de recruter pour développer votre équipe commerciale ? Découvrez les différentes aides à l’embauche !
Les différentes aides financières qu’une entreprise peut percevoir dépendent du contrat de travail retenu : contrat pro, contrat initiative emploi et contrat d’insertion. Voici les différents types de contrats existants donnant droit à des aides financières.

aides financieres

Les aides financières

Le contrat pro

Le contrat pro s’applique aux jeunes de 16 à 25 ans ou aux demandeurs d’emploi de 26 ans et plus. D’une durée de 6 mois minimum, il peut atteindre 24 mois dans le cas où le salarié ne possède pas de qualifications. Ce contrat est très intéressant pour l’entreprise car une subvention est perçue lors du recrutement. La prime est de 1.000 €, et peut atteindre les 2.000 € lorsque le salarié ne possède pas le BAC. Une prime mensuelle nommée aide au tutorat de 230 € H.T. sera versée durant 6 mois à l’entreprise. La rémunération minimale dépend de l’âge de la personne recrutée. Les moins de 26 ans seront payés entre 55 et 80 % du SMIC et les plus de 26 ans percevront de 85 à 100 % du SMIC.

contrat pro

Les aides à l’embauche

Le Contrat Initiative Emploi (CUI-CIE)

Il concerne les demandeurs d’emploi. Ce contrat est d’une durée de 24 mois maximum à temps plein ou temps partiel (20 h minimum). Ce contrat vous permet de bénéficier d’aides financières. Le montant et la durée de ces aides diffèrent selon les régions. En résumé, cette subvention a pour base de calcul, le SMIC. Il faut donc que votre salarié soit rémunéré sur la base de celui-ci ou du minimum conventionnel si c’est plus avantageux. L’aide mensuelle représente entre 30 et 47 % maximum du SMIC horaire brut. L’organisme référent est le Pôle emploi, n’hésitez donc pas à bien vous renseigner au préalable.

Le Contrat d’insertion-revenu minimum d’activité (CI-RMA)

Ce contrat concerne les personnes percevant les allocations dites de « minimum d’activité » telles que le RMI, l’allocation de parent isolé (API), l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou l’allocation d’adulte handicapé (AAH). L’objectif est de faciliter la réinsertion des personnes en difficulté par le biais de contrats aidés. D’une durée de 18 mois à temps plein ou à temps partiel (20 h minimum), le salarié doit percevoir le SMIC. L’aide mensuelle versée à l’entreprise est de 454,63 €.

Images : crous-clermont.fr / legisocial.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dauphine Expert