robert-pattinson-dior

Depuis longtemps les publicitaires utilisent des stars pour faire la promotion des marques. Ce phénomène a pris une telle ampleur qu’aux états-unis il n’y a pas moins d’une marque sur 5 qui fait appel à leurs services. La France ne déroge pas à la règle : vedettes de cinéma, de la chanson, de la télévision ou bien sportifs à succès tous ou presque ont fait ou feront la promotion d’un produit. Alors pourquoi les marques sont-elles gagas des célébrités ?

1/ Utiliser l’image d’un expert

Quoi de mieux qu’un champion pour représenter un produit fiable ou innovant ? Véritables coqueluches des responsables marketing, les grands sportifs sont aussi connus pour leurs exploits dans les stades que pour les cachets pharaoniques versés par les sponsors. Qui de mieux placé que le quadruple champion du monde de formule 1, Sébastien Vettel pour représenter les pneus de l’entreprise Tirendo . L’aura des champions est telle que les marques les utilisent même pour des produits sans rapport avec leur expertise : Sébastien Loeb pour les abonnements Numéricable, Teddy Riner et le cloud…

2/ Faire rêver

Rien de telle qu’un acteur élégant ou une splendide actrice pour faire rêver les foules et donner à vos produits l’image de la sophistication et du luxe. Nespresso grâce à George Clooney donne l’illusion à ses clients qu’ils feront leurs courses en haut d’un gratte ciel entourés de top models.

 

3/ Véhiculer des valeurs

Utiliser l’image ou l’expertise d’une célébrité permet de communiquer sur les valeurs de la marque voir même de faire taire les suspicions sur celle ci. Ainsi, Leader Price, l’une des figures de proue de la mal bouffe en France, n’a pas hésité à faire appel à Jean Pierre Koff, le défenseur du terroir et ennemi des jambons de supermarchés. Cet emploi à contre-courant d’une personnalité connue pour ces prises de positions tranchées peut être un véritable atout pour une communication sur les valeurs.

 

pub coca chine4/ Intégrer de nouveaux marchés

Rien de tel qu’une star locale pour permettre à une marque d’intégrer un nouveau marché. Ceci est d’autant plus vrai pour les marchés asiatiques qui n’ont pas les même références culturelles et médiatiques que les Occidentaux.

Le basketteur Yao Ming est ainsi devenu l’égérie en Chine de Apple, Visa, Gatorade, Coca-Cola et Nike, rien que ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dauphine Expert